top of page

QUESTIONS DE GOÛT | AZAMIT

FIGURE DE STYLE

QUESTIONS DE GOÛT | LIGNE 04 | ÉTÉ 2021

Propos recueillis par | Dave Richard

Photos | Royal Gilbert [portrait] + Francis Rudman [SOUK HABITAT] + Eddy Lee [via Unsplash]

 
 

Figure incontournable de la scène d’avant-garde montréalaise, bâtisseuse de marque et idéatrice infatigable, Azamit n’a besoin que d’un prénom – comme les icônes – et s’affaire à mettre en relation les différents acteurs de toutes les disciplines créatives locales en orchestrant des rencontres expérientielles aux formules uniques qui enchantent à tout coup les sens, toujours satisfaisantes et révélatrices.


Portée par ses intérêts multiples et sa riche expérience en mode, en commissariat et en événementiel, inspirée par son engagement indéfectible pour la création d’ici, elle a entre autres mis sur pied le très prisé rendez-vous annuel SOUK, le nouvel espace expérientiel SOUK HABITAT et In Toto – une firme de narration visuelle qui célèbre et met en valeur le design contemporain, avec élégance et style.



Ligne | L’an dernier, le SOUK s’est déroulé en virtuel, en raison de la pandémie

de COVID-19 ; quel bilan faites-vous de cette première édition en ligne ?


Azamit | Depuis le début de la pandémie, le SOUK se réinvente pour apporter son soutien aux créateurs montréalais. Au printemps 2020, nous avons rendu disponible notre base de données afin d’encourager l’achat local, et en fin d’année, le SOUK a pris un virage virtuel pour sa 17e édition qui a duré près d’un mois et demi, plutôt que cinq jours, comme à l’habitude. Cette dernière édition a permis à la clientèle d’entrer directement en contact avec les designers via notre plateforme virtuelle et d’acheter leurs produits grâce au nouveau site transactionnel. Ce fut une belle occasion pour notre équipe de repenser le modèle d’affaire du SOUK et d’accélérer la mise en place des projets que nous envisagions à plus long terme. Ces réajustements nécessaires nous permettront de continuer à faire rayonner le design local autrement, avec un élan renouvelé.


L. | Préparez-vous un retour à une formule plus traditionnelle pour la fin de cette année ?


A. | Absolument ! Nous devrons naturellement voir comment les choses évolueront au cours des prochains mois avant de prendre une décision définitive, mais nous le souhaitons vraiment. Nous sommes prêts à nous ajuster et à adapter la formule aux règles sanitaires qui seront en vigueur.


L. | Vous avez aussi inauguré en décembre dernier un nouvel espace expérientiel, le SOUK HABITAT. Malgré les nombreux confinements et déconfinements des derniers mois, est-ce que les gens sont au rendez-vous ?


A. | Oui, et quelle belle aventure, ce projet ! Quand j’ai lancé le SOUK en 2003, je rêvais de mettre en valeur le design montréalais dans un contexte d’appartement et sous forme expérientielle. Grâce à un partenariat avec la filiale immobilière Ivanhoé Cambridge, le SOUK a pris racine l’an dernier au 20e étage du 1, Place Ville-Marie, à Montréal, dans un espace de 9 300 pi2 offrant une vue magnifique sur la métropole. Pour l’aménagement, nous avons collaboré avec la firme de design Machine, qui a surpassé nos attentes, malgré tous les enjeux pandémiques et dans un très court délai. À compter de ce printemps, le SOUK HABITAT présentera une programmation en continu, de nouvelles collections et de nouveaux produits au sein de son espace évolutif. Les visiteurs y seront accueillis sur rendez-vous seulement, afin de respecter les mesures de sécurité et de bénéficier du suivi personnalisé de notre équipe. Nous avons très hâte !


L. | Depuis un an, on semble assister à une prise de conscience populaire de l’importance de consommer local, d’investir dans les entreprises et commerces d’ici.

Vous en réjouissez-vous ?


A. | C’est certain que je m’en réjouis ! Depuis presque 20 ans, le SOUK promeut le design local en offrant une vitrine aux créateurs qui ont besoin d’une plateforme pour permettre à leur savoir-faire de rayonner. On sentait déjà un certain engouement pour l’achat local depuis quelques années ; la pandémie l’a simplement exacerbé. Elle nous a fait prendre conscience de la richesse du talent d’ici. Les messages des différents paliers de gouvernement et autres accélérateurs de diffusion se sont aussi fondus au nôtre durant les derniers mois, et ça a agi comme un moteur. Cela dit, il ne faut pas confondre design local et économie locale, qui sont pour moi deux sujets totalement différents ! J’espère que le retour à une « nouvelle normalité » ne freinera pas le mouvement qui s’est amorcé. Quoi qu’il en soit, au SOUK, nous continuerons notre travail de sensibilisation en mettant en valeur les designers et leurs produits au sein d’expériences innovantes, d’événements pointus et de contenu de qualité.


L. | À votre avis, quels créateurs actuels définissent le design québécois?


A. | Dernièrement, des entreprises comme Lambert & Fils, D’Armes et des créateurs comme Philippe Malouin, Zébulon Perron ou Loïc Bard font parler d’eux très fort au-delà des frontières.


L. | Minimaliste ou maximaliste ?


A. | On doit trouver et assumer son style ! J’oscille entre les deux... Je choisis ce que j’achète et suis sélective, donc minimaliste... Mais en ce qui a trait à mon environnement et à mon travail, je dirais plutôt maximaliste ! Ce n’est jamais bon, les extrêmes, de toute façon. (Rires)


L. | À la mode ou hors du temps ?


A. | J’aime ce qui est personnel. C’est bien d’être dans l’air du temps, mais on ne doit pas en être victime ni suivre les tendances à la lettre. On possède les choses pour soi-même et non pour les autres ; on doit s’entourer d’articles qui nous font du bien et qui nous procurent du plaisir.



L. | Qu’aimez-vous le plus de Montréal ?


A. | C’est une ville qui tarde à se définir. D’un point de vue créatif, elle bouillonne ; c’est formidable de vivre ce momentum et d’avoir la chance d’y participer !

L. | Quel quartier vous plaît particulièrement ?


A. | Le Vieux-Montréal ! C’est un quartier qui définit bien l’esprit de la ville : entre passé et futur, entre l’est et l’ouest, tranquille et actif... Ce quartier, c’est l’harmonie des contradictions; c’est Montréal exactement comme je l’aime !


L. | Votre dernier coup de cœur design ?


A. | L’espace Still Room, à Anvers, créé par Cédric Etienne, le designer et cofondateur du Studio Corkinho. J’ai eu la chance de visiter les lieux dans leur état original et de voir les maquettes et tableaux d’inspiration du futur projet. Les travaux se sont terminés juste avant la pandémie. L’âme de l’espace est aussi authentique et magique qu’avant la transformation, sinon plus ! J’ai très hâte de pouvoir visiter ce « sanctuaire ».


L. | Le meilleur repas de votre vie, vous l’avez mangé où?


A. | Il y en a deux qui me viennent en tête ! Le premier, je l’ai partagé avec ma soeur dans un petit restaurant traditionnel de Nagoya, au Japon. Chaque plat constituait une expérience en soi et offrait des saveurs indescriptibles. Le deuxième, dans les Pouilles, en Italie, au restaurant d'Angelo Sabatelli, une masseria à l’ancienne. J’y ai passé un après-midi entier à déguster les plats à l’italienne, chacun conçu autour de l’assiette. Une expérience autant gustative que visuellement et esthétiquement inoubliable!


L. | Qu’est-ce qu’on vous sert à boire?


A. | Un café au lait à l’italienne ! Sinon, quand ce n’est pas du vin, du Spritz ou un negroni.



L. | Possédez-vous un objet dont vous ne vous départirez jamais?


A. | Une vieille bible que mon arrière-grand-père a fait à la main. La couverture est en bois, et elle est très usée maintenant; les pages sont en cuir, écrites à la main, et encore toutes intactes. De plus, on y trouve la seule trace de la date de naissance de mon grand-père. Même si je ne suis pas une personne religieuse, j’ai un attachement personnel à cet objet. C’est un vrai trésor familial!


L. | De quoi ne pouvez-vous pas vous passer?


A. | De mes deux lévriers italiens, Tsuki et Puglia.

L. | Vous êtes une femme de projets... Qu’est-ce qui mijote ?


A. | Ah, mais ce ne sera plus une surprise, si je vous en parle... Et moi, j’adore les surprises ! (Rires)

 

SOUK MTL

Inauguré en 2003, SOUK est un incomparable marché d’idées, s’adressant aux esthètes et aux gens soucieux du design. Sélectionnant et présentant des objets exceptionnels qui répondent aux besoins d’un mode de vie moderne à tous les niveaux, c’est une occasion unique de connecter avec les meilleurs designers et créateurs de Montréal. Né du désir de créer une discussion intéressante autour de la pensée créative et d’élever les talents locaux de premier ordre, SOUK a bâti une communauté avec un ethos du design commun et des scénarios stimulants. Avec Azamit aux commandes, SOUK est une plateforme inégalée pour la collaboration, imprégnant la ville d’un sens artistique et rassemblant une tribu raffinée.



Sur Instagram @soukmtl

Sur Facebook @soukmtl




8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page