PORTRAIT | CHRISTIAN MICHAUD

ESSENCE

LIGNE 03 | ART | HIVER 2020

Texte | Dave Richard

Photos | Camille Paradis + Jean-Sébastien Veilleux + Christian Michaud

 
 

Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2001, Christian Michaud œuvre depuis près de 20 ans en tant que comédien, au théâtre principalement. En 2010, lorsqu’il part vivre un an au Yukon, il découvre le froid – le vrai – et la splendeur des grands espaces. Ce retour à l’essentiel et à la nature le transforme profondément et lui donne envie de s’exprimer autrement, d’explorer une nouvelle forme d’art : la sculpture.


« En rentrant au Québec, j’ai entrepris une courte formation en ébénisterie, qui m’a permis d’apprivoiser et de mieux comprendre le bois, nouveau matériau pour moi. Au fil d’années d’exploration et de rencontres d’autres artisans, la sculpture contemporaine sur bois s’est avérée cette deuxième forme d’expression artistique que je recherchais. J’alterne depuis entre le jeu et le travail du bois. »



Figuratives, mais minimalistes à la frontière de l’abstrait, les œuvres de Michaud parlent le langage du corps : elles donnent envie de les toucher, d’en explorer les textures primitives, chaque cavité polie et chaque arête. On y décèle des icebergs puissants, d’abord délicatement tracés, puis profondément creusés dans des masses noires de bois, ni luisantes ni mates, presque minérales, comme des pans arrachés à même l’épaisse nuit nordique. Ou encore des portraits sidéraux, ou un arbre dressé dans une bourrasque poudreuse, qui le révèle ou l’avale – on ne sait pas exactement. Face au travail de certaines surfaces, on se retrouve plutôt fasciné par des crevasses veineuses, des enchevêtrements complexes d’entailles et de sillons – racines rampantes, labours, pelages de bêtes... Ailleurs, on est charmé par la simplicité de géométries élégantes. C’est la lumière qui se mélange aux traits et fait miroiter les facettes qui créent le mouvement. Parfois, de vifs éclats de couleur ponctuent les alliances de noir, de blanc et de bois brut.


« Au théâtre, l’équilibre, la concentration et l’instinct sont des notions hyper importantes. Elles permettent de s’approprier un personnage et d’en porter la charge émotive. Comme j’ai appris la sculpture en autodidacte, je reviens constamment à ces notions. Elles stimulent mon imagination. »

« La touche de couleur que j’ajoute avec minutie et parcimonie sur certaines de mes créations me permet d’attirer l’œil de l’observateur, mais surtout d’insérer de la symbolique, ici et là. J’aime utiliser le noir comme point de départ à la plupart de mes tableaux. Le noir est intense, mystérieux et raffiné. »


Heureux de pouvoir œuvrer dans deux ateliers de Saint-Jean-Port-Joli – l’un chez lui, où il peut user allégrement des outils bruyants et poussiéreux, et un deuxième en plein cœur du village, où il applique couleurs, détails et couches de finition –, Christian Michaud profite aussi de la forêt et du bord du fleuve de la région pour se balader, faire le vide et s’inspirer. De nature contemplative, il est très sensible à ce qui l’entoure : la beauté du silence, la présence de l’espace et le passage du temps. De ces moments de solitude et de ressourcement naissent souvent de nouvelles créations, d’abord esquissées dans des cahiers ; les formes et les signes s’y agencent avec économie, en attendant de s’incarner.

« J’ai choisi de m’exprimer avec le bois parce que ce matériau a toujours fait partie de ma vie. Il s’en dégage un calme, une force, une impression d’équilibre. Je tente de créer des œuvres en harmonie avec cette matière première et surtout de m’arrêter au bon moment, selon mon instinct. Je tente de révéler l’essence du morceau de bois devant moi. C’est mon plus grand défi. »


C’est son métier de comédien qui a appris à Michaud qu’il ne servait à rien de trop en faire pour bien transmettre une parole, un message.

« À mon avis, livrer l’émotion le plus simplement et sincèrement possible est la meilleure façon de toucher le cœur des gens. »



On retrouve les gravures sur bois de Christian Michaud à la galerie Champagne et Paradis, située à Kamouraska, et ses sculptures murales au Vivoir de Saint-Jean-Port-Joli et à la Galerie Roccia, de Magog, entre autres. Il est aussi possible de passer voir le travail de l’artiste directement à son atelier. En 2021, il devrait participer à la Biennale de la sculpture de Saint-Jean-Port-Joli. Il prépare également, en collaboration avec deux autres artistes, une exposition multidisciplinaire.


 

ChristianMichaudSculpteur.com

Sur Instagram @christianmichaudsculpteur

Sur Facebook @christianmichaudsculpteur

 

Téléchargez gratuitement le numéro 03

Download Issue 03 for free

99 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout