top of page

PÔLE EN CINÉMA DE L’UQAM | JODOIN LAMARRE PRATTE ARCHITECTES

Dernière mise à jour : 22 janv.

CINÉMA DE DEMAIN

LIGNE 09 | DANS NOTRE MIRE | HIVER 2023

Texte | Marie Dos

Photos | Nanne Springer

 
 

Localisation | Montréal, Qc

Type de projet | Rénovation

Budget approximatif | $$$

Réalisation | 2023

Bâti d’origine | 1979

Conception | 22 mois [non consécutifs]

Travaux | 21 mois

Superficie | 28 578 pi2 / 2 655 m2


L’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) a souhaité offrir à ses étudiants en cinéma un espace d’apprentissage à la pointe de la modernité qui soit à la hauteur de leur talent, remarqué à l’international depuis plusieurs années déjà. Pour ce faire, elle a entrepris un ambitieux chantier de réaménagement du pavillon Judith-Jasmin afin d’y créer un studio de tournage, un studio d’enregistrement de son avec régie, une salle de montage, une salle de bruitage, une salle de projection, une salle d’enseignement, un local de prêt d’équipements audiovisuels pour le cinéma ainsi que deux loges. Achevé en 2023 à l’issue de moins de deux ans de travaux en milieu occupé, ce nouveau Pôle en cinéma fait déjà la fierté de l’université et attire tous les regards.



Un important travail de revalorisation des volumes existants a été effectué en optimisant les espaces en sous-sol, ce qui a impliqué une démolition partielle dans le but de réaménager le tout. Les Services EXP, SNC-Lavalin, la division Acoustique et insonorisation de Bouthillette Parizeau ainsi que Trizart Alliance ont respectivement mobilisé leurs expertises en matière d’ingénierie structurelle, d’électromagnétique, d’acoustique et de scénographie pour créer un espace aussi fonctionnel et durable que possible. C’est la firme Jodoin Lamarre Pratte architectes qui a signé le design du nouveau Pôle en cinéma dans le cadre d'un contrat remporté en consortium avec Marosi Troy architectes pour l'exécution de divers travaux de maintien d’actifs au pavillon Judith-Jasmin. La firme a su transformer avec succès une vaste salle de spectacle souterraine sous-utilisée en espace d’enseignement fonctionnel aux matériaux sobres.



Désireuse d’aider ses futurs diplômés à se projeter dans la vie professionnelle dès leur formation, l’École des médias a demandé à l’équipe de conception de pourvoir les nouveaux locaux d’équipements semblables à ceux employés dans l’industrie du cinéma. Le studio de tournage, par exemple, est doté d’un écran vert permettant d’intégrer des images virtuelles aux scènes filmées sans difficulté. Les étudiants peuvent ainsi apprendre à maîtriser dans les meilleures conditions les technologies qui feront partie de leur quotidien de jeunes travailleurs.



Les trajectoires d’évolution des technologies cinématographiques ainsi que des modes d’apprentissage ont dû être longuement étudiées pour s’assurer que le Pôle pourrait s’y adapter au fil des ans et ne pas devenir rapidement obsolète. Les salles polyvalentes peuvent donc accueillir des ateliers de travail aussi bien que des cours magistraux et sont pourvues de différents systèmes de branchement audiovisuels.



Un soin particulier a également été apporté à la gestion de l’acoustique dans les nouveaux locaux. Le studio d’enregistrement de son et de mixage est remarquablement insonorisé et équipé d’un système Dolby Atmos performant, au même titre que la salle de projection de 102 sièges. Par ailleurs, les salles de classe ont été désolidarisées de la structure de béton préexistante pour permettre une meilleure isolation phonique.



Les contraintes structurelles, logistiques, technologiques et sonores étant nombreuses, il a fallu bien penser l’organisation spatiale du Pôle pour ne pas entraver la créativité des étudiants et rendre l’utilisation du lieu aussi pratique que possible. Une collaboration étroite avec le personnel de l’École des médias a été indispensable à l’élaboration d’une proposition adaptée aux besoins des enseignants comme à ceux des étudiants. Quelques notes de rouge, rappel de l’ancienne salle, sont disséminées ici et là afin d’égayer le gris clair des poutres et colonnes de béton exposées tout en contrastant avec les teintes uniques des panneaux d’acier traités à l’acide. Le résultat semble aujourd’hui ravir les passionnés qui forment la nouvelle génération de cinéastes et il ne manque pas de contribuer au rayonnement de l’UQAM.



Même si la performance technique a largement orienté les choix des professionnels chargés de la conception du Pôle, les principes contemporains de fluidification des circulations et d’optimisation des usages n’ont pas été oubliés. Bien au contraire, les utilisateurs du pavillon rénové se sentent inspirés par ce lieu propice à la création où les espaces partagés incitent aux échanges. L’enseignante Geneviève Perron souligne ainsi le plaisir pris à « évoluer dans des espaces bien réfléchis, conçus pour faciliter les différentes activités tout en étant esthétiques ». Elle évoque également l’impact positif de la modernisation des moyens de création. « Lorsque les contraintes techniques sont réduites, l’imagination des étudiants devient le principal moteur artistique. »


Quoi de mieux pour de jeunes talents prometteurs que de pouvoir libérer leur potentiel créatif dans un lieu intégralement destiné à leur art ?



Chargée de projet [UQAM] | Isabelle Bergeron

Entrepreneur | Provoca inc.

Ingénierie de structure | Les Services EXP

Ingénierie électromécanique | SNC-Lavalin

Acoustique | Bouthillette Parizeau – Division Acoustique et insonorisation

Scénographie | Trizart Alliance

Chaises empilables | Teknion


+ Tables escamotables sur roulettes



 

PÔLE EN CINÉMA DE L’UQAM

Pavillon Judith-Jasmin

1495, rue Saint-Denis, salle J-M400

Montréal, Qc

H2L 2C4


+


JODOIN LAMARRE PRATTE ARCHITECTES

3200, rue Rachel Est

Montréal, Qc

H1W 1A4

T. 514 527-8821



Sur Facebook @jodoinlamarrepratte

179 vues0 commentaire

Comments


bottom of page