top of page

JULIA THIBAULT: LA CHAMBRE À DORMIR DEHORS | ARPRIM

RÊVE ÉVEILLÉ

INTERLIGNE | DESIGN | NOVEMBRE 2023

Texte | Sandrine Gaulin [collaboration spéciale]

Photos | Jean-Michael Seminaro

 
 

On entre par la porte donnant sur Sainte-Catherine. Puis on monte au 4e étage par un ascenseur mauve, après avoir parcouru des couloirs jaunes. En arrivant dans la salle d’exposition d’Arprim, tout est blanc et noir, tantôt doux, tantôt contrasté. D’une beauté tranquille. À travers ses photographies grand format réalisées sur pellicule 35mm, Julia Thibault nous propulse dans une expérience sensuelle, émouvante et poétique. La chambre à dormir dehors – expression empruntée à la romancière Colette – ne pouvait être un titre mieux choisi. En capturant des scènes abstraites proches ou lointaines, la photographe nous invite dans son intimité, celle qui se déploie lorsqu’elle marche seule, dehors, rêvant avec les yeux grands ouverts.


La scénographie semble avoir été conçue avec le désir d’offrir aux visiteurs un fragment des déambulations qui sont à la base du processus créatif de l’artiste. En embrassant du regard la pièce, on est d’abord happé par la manière dont les photographies interagissent les unes avec les autres, créant différents vallons, collines, ciels et fragments d’une ligne d’horizon hétérogène. Thibault confirme: « Pour moi, les photographies ne se présentent pas seules. La série est toujours privilégiée et présentée dans l’espace. L’effet d’ensemble, l’unité, les rapports de ressemblance et de dissemblance entre chacune des images comptent beaucoup dans la création d’une série photographique […] Je cherche ainsi l’équilibre entre des éléments de tension et une harmonie de l’ensemble des images qui se côtoient dans l’espace. »






En s’approchant ensuite des murs où les œuvres sont épinglées avec un minimalisme éloquent, les textures combinées du médium et de l’image aspirent le regard, créant un vertige étonnant. Ce qu’on perçoit comme une écorce d’arbre se révèle être une dune tournée à 90 degrés, couverte de délicates brindilles; une tache noire qui suggère le profil d’une montagne, sobrement intitulé Étang 1, Beaupré, présente un camaïeu de noirs et de gris dans lequel le point focal se défile sans arrêt. L’ambiguïté des images de Thibault fascine, activant d’abord son corps et son regard lors de leur capture, puis les nôtres dans le cadre de l’exposition. Elle explique: « Je cultive le dépaysement, voire l’émerveillement, dans un cadre familier grâce à la marche (ou parfois la course). J’arrive à générer cet état, à pied, dans les rues mêmes de la ville de Québec, dans des lieux que je connais parfois très bien, presque par cœur. Ces lieux se réinventent constamment, par le changement des saisons et les fluctuations de la lumière. »



La séquence d’exposition se termine avec une œuvre vidéo, Le sol qui nous porte, posée humblement sur une tablette en retrait des photographies. En se penchant par-dessus l’écran déposé à l’horizontale, on découvre l’expérience active de l’artiste dans le paysage, alors que les vidéos assemblés capturent le mouvement déterminé et constant de ses pas qui foulent tantôt le bitume, tantôt des dunes. On prend un moment, nous aussi, pour regarder ce sol, celui qui porte et qui propulse, celui qui fait réfléchir le ciel dans ses flaques d’eau et ses sillons humides. Puis on relève les yeux, pour (re)voir cette chambre à dormir dehors, comme un intérieur à ciel ouvert.



Architecte complétant présentement une maitrise en arts visuels à l’École d’art de l’Université Laval, Julia Thibault nous partage avec cette exposition sa sensibilité aux formes, à la matérialité, à la texture; en d’autres mots, aux architectures merveilleuses qu’elle voit se dessiner dans les paysages qu’elle parcourt à pied. La chambre à dormir dehors est sa seconde exposition solo et peut être visitée au centre d’essai en art imprimé Arprim jusqu’au 2 décembre.




 

LA CHAMBRE À DORMIR DEHORS

Jusqu'au 2 décembre 2023

Du mercredi au samedi / 12 h – 17 h / Entrée libre


ARPRIM - CENTRE D'ESSAI EN ART IMPRIMÉ

372, rue Sainte-Catherine O., # 426

Montréal (Québec)

H3B 1A2

T. 514 525-2621



Sur Instagram @__arprim__

Sur Facebook @arprim


+


JULIA THIBAULT


Sur Instagram @juliathibaultart


79 vues0 commentaire

Comments


bottom of page