top of page

ESPACE SECOND | COLLECTIF

POUR QUE RIEN NE SE PERDE

LIGNE 09 | DANS NOTRE MIRE | HIVER 2023

Texte | Dave Richard

Photos | Espace Second

 
 

Tout a commencé autour d'un café, alors qu'une architecte et un designer industriel échangeaient sur leurs pratiques respectives, réfléchissant à comment faire mieux pour incarner plus substantiellement leurs valeurs environnementales. Devant le constat de la raréfaction des matières premières, il est devenu évident pour Kim Pariseau, architecte et fondatrice d’Appareil Architecture et Guillaume Sasseville, designer industriel (SSSVLL) et professeur à l’École de design de l’UQAM, que la valorisation des matières secondes était une avenue à explorer.


Étoffant la réflexion avec Christopher Dessus de l’atelier de conception d’architecture et de scénographie PAF, Maxime Rheault du studio de design graphique Criterium et Samuel Lambert, fondateur de Lambert et fils, Kim et Guillaume ont observé que la même problématique autour de la gestion des matières secondes se présentait dans toutes les sphères du design.



Après un an d’échanges, de recherche et de développement, le projet Espace Second est né, faisant une proposition audacieuse : repérer les opportunités qu’offrent les rejets industriels issus de la production matérielle.


« Tout en interrogeant la responsabilité du designer, nous souhaitons ouvrir le dialogue avec les industriels. Les industries sont axées sur la quantité et la rentabilité économique, et non la rentabilité environnementale. », constate Guillaume Sasseville.


Concrètement, Espace Second présente 3 prototypes de produit conçus à partir des rejets de la production industrielle. Ici, le processus créatif du designer est inversé. Au lieu de partir de la page blanche, l’équipe, les mains directement dans la matière (seconde), a développé des objets mettant à profit les qualités de ces rebuts pour l’industrie. « Nous voulions réfléchir à des produits réutilisables, proposant une façon alternative de construire », précise Guillaume Sasseville.



Espace Second a développé 3 composantes permettant d’aménager des espaces: une brique de céramique autoportante, une tige d’aluminium multifonctionnelle et une pièce de verre qui pourrait éventuellement permettre de créer des luminaires. Réalisée à partir d’un mélange de fines particules de granite et de poussière de verre recyclé par Alexandra Gélinas de Studio Minéral, en partenariat avec le Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI), leur céramique structurelle versatile permet de monter rapidement des murs, de créer des séparations, de même que du mobilier. Leur tige multifonctionnelle est issue de la transformation des rejets d’une extrusion d’aluminium, et joue un rôle de connecteur entre les briques de céramiques, pouvant aussi devenir un mât de luminaires ou de mobilier intégré. Développée avec le forgeron Jacques Gallant de Gallant Metalworks, elle est le résultat d’une réflexion sur comment construire un objet (matière seconde) dont la solidité est supérieure à celle de la pièce originale (matière première), et qui nécessite une faible quantité d’effort et d’énergie pour sa transformation. Capable de soutenir un mur complet, cette tige à l’apparence artisanale interroge également l’esthétique de la durabilité. Sommes-nous prêts à adopter des produits qui détonne avec l’uniformité des objets industriels ? Finalement, encore à l’étape de l’exploration avec une technique de thermoformage, la pièce de verre revalorise quant à elle les rejets du lampiste Lambert & Fils.



Pour Kim Pariseau, une des forces d’Espace Second est son équipe multidisciplinaire : « On a vite constaté avec Guillaume que nos réseaux étaient très différents. Les designers industriels réfléchissent avec des manufacturiers tandis que les architectes le font avec des distributeurs. L’architecte et le designer n’ont pas la même façon d’aborder un produit. Le regard du designer industriel a donné beaucoup de liberté à l’architecte, et cela a permis de sortir des standards, d’inventer des opportunités par rapport à l’utilisation de l’espace. Maintenant nous devons user de ce potentiel multidisciplinaire pour faire les choses différemment, et puisque nous sommes un petit milieu, il est plus facile d’avoir plus rapidement un impact. »


Espace Second souhaite questionner la structure de production actuelle, et les initiateurs du projet y voient une forme de réflexion politique. « Si on transforme localement ces matières, on active une certaine gouvernance locale », partage Guillaume Sasseville. Si la surconsommation des matières premières est un cheval de bataille, la gestion des matières secondes est un cheval de Troie qui a pour objectif de réduire le gaspillage en s’inscrivant dans un principe d’économie circulaire.



 

ESPACE SECOND

Espace Second est un collectif multidisciplinaire de recherche empirique et technique qui tente de trouver des avenues pour valoriser localement des matières secondes.


Sur Instagram @espace.second


86 vues0 commentaire

Comments


bottom of page