INAUGURATION DE LA 23E ÉDITION | FESTIVAL INTERNATIONAL DE JARDINS

LA RÉSILIENCE EST BELLE

INTERLIGNE | C'EST L'ÉTÉ | MAI 2022

Texte | Communiqué + Dave Richard

Sources des images | JC Lemay + Martin Bond + Charlotte Garneau

 
 

Le Festival international de jardins se déroule tous les étés depuis 2000 aux Jardins de Métis situés à Grand-Métis, une petite municipalité du Bas-Saint-Laurent, à la limite nord-ouest de la péninsule de la Gaspésie. La réputation des Jardins et du Festival n’est plus à faire au Québec et au-delà; le Festival international de jardins est même le plus important festival de jardins contemporains en Amérique du Nord.


La thématique de cette 23e édition du festival, Adaptation, une réalité à laquelle nous faisons face, particulièrement depuis les deux dernières années, a inspiré la création de cinq nouvelles installations. En effet, pour vivre et survivre, l’humain et la nature doivent faire preuve de résilience; jusqu'au 2 octobre, douze concepteurs en provenance du Québec, de la France et des États-Unis convient donc les visiteurs à venir réfléchir à ce défi qui nous est lancé au quotidien. Ces nouvelles installations s'ajoutent à une vingtaine d'autres déjà en place, monuments des éditions passées.


Ainsi, des forteresses de bois ont été construites autour de quelques arbres pour les protéger des assauts des humains; des anneaux de faïence ont été disposés dans la verdure pour témoigner de leur capacité d'adaptation aux conditions ambiantes, semblable à celle du lichen; des tournesols se retrouvent plantés tête en bas, depuis un plafond de sphères, mis au défi de se retourner pour pousser comme il se doit vers le ciel; huit collines végétales s’élèvent pour révéler ce qui grouille sous nos pieds, et des tasseaux de bois finement taillés ont été assemblés au cœur d'une intrigante structure afin d'amener celles et ceux qui la traversent à questionner l'usage par l'humain des ressources du territoire, de la forêt et de l'espace.


Cette année, l'installation satellite Mer du vent, constituée de 156 bouteilles de verre recyclées disposées en éventail devant le Centre d’art de Kamouraska, capte également le vent du large et émet des mélodies rappelant les cornes de brume -- une création d’Emmanuelle Loslier et Camille Zaroubi, architectes paysagistes et musiciens de Montréal.



LICHEN

Marie-Pier Gauthier-Manes + Chloé Isaac + Victor Roussel

Paris / Montréal


Organisme perceptif, malléable et muable, le lichen se métamorphose au contact du relief, de l’humidité et de la température ambiante. Comme son homonyme, l’installation Lichen est sensible aux perturbations qui affectent son environnement. Composée de petits éléments délicats, elle n’en reste pas moins une structure cohésive et résistante et sert à préparer le terrain pour d’autres espèces végétales. En déambulant entre ses thalles, on observe des éléments autrement invisibles se révéler en motifs colorés. S’inspirant des pots en terre cuite, réels archétypes de nos jardins, Lichen est composée de 1 200 anneaux de faïence façonnés à la main puis cuits dans un four extérieur aux Jardins de Métis. Les capacités de drainage et de rétention d’eau de la terre cuite permettent à la fois une irrigation plus constante du sol et une rétention plus longue de l’humidité. Dans le futur, cet environnement mieux irrigué permettra à des plantes particulièrement sensibles aux variations de température et à la sécheresse de croître paisiblement. Le traitement thermochromique des anneaux les fait changer d’apparence suivant la température; ils révéleront ainsi différentes couleurs tout au long de la saison estivale.



FORTERESSES

Maison029 [Eadeh Attarzadeh + Lorenzo Saroli Palumbo]

Montréal


L’idéologie romantique voulant que nos forêts prospèrent en l’absence de contact et d’interférence humaine a malheureusement été réfutée. Tant et aussi longtemps que l’humanité persistera sur son présent parcours, il sera irréaliste d’envisager que nos forêts puissent se défendre elles-mêmes. Forteresses est une intervention symbolique proposant une façon aggressive de protéger notre flore de son plus grand prédateur : l’humain. La géométrie de chaque système défensif modulaire s'adapte à l’arbre qu’il protège, selon le type, la taille et l’âge de ce dernier. Au-delà de la beauté de ses géométries, Forteresses pousse le visiteur à se questionner sur l’impact qu’il a sur son environnement et à lui rappeler que la flore est souvent incapable de se protéger elle-même.



FORÊT FINIE, ESPACE INFINI?

Antonin Boulanger Cartier + Melaine Niget + Pierre-Olivier Demeule

Québec


De loin, Forêt finie, espace infini? prend l’allure d’une pile de bois scié, qu’aurait pu placer là un charpentier amateur dans l’attente de son prochain projet. Cette forme définie recouverte d’une bâche patiente dans le creux de l’été. Enracinée au milieu d’un sentier, l’installation gêne toutefois le passage. Puisqu’on ne peut la contourner, la traverser semble inévitable. En s’approchant, on constate qu’un pan de la bâche s’est décroché, une embrasure invite à s’y glisser. À l’intérieur, une structure en tasseaux de bois savamment assemblés dévoile un parcours modulé par un jeu de pleins et de vides. Que sont tous ces tasseaux adroitement ordonnés et pourquoi cherchent-ils à rejoindre l'infini? Ne sont-ils pas contraints par la bâche qui les recouvre? En levant les yeux au ciel, un bref coup d’œil aux grands arbres suggère une ultime réflexion : si l’espace que l’on construit émane d’un monde aux ressources finies, et qu’il ne peut par conséquent être infini, cette forêt savamment sculptée le peut-elle?



GRAVITY FIELD

TERRAIN WORK [Theodore Hoerr + Kelly Waters + Rebecca Shen]

New York


Les plantes ont une capacité d'adaptation extraordinaire. Elles peuvent prospérer dans certains des environnements les plus rudes de la planète en répondant à une myriade de stimuli – soleil, eau, température, sol et gravité – pour se maintenir en vie. Les plantes sont également essentielles à l'existence humaine, car elles assurent la subsistance, les services écosystémiques et le piégeage du carbone. Si elles jouent un rôle clé dans l'atténuation des effets du changement climatique qui menacent notre existence en tant qu'espèce, elles sont également vulnérables et doivent s'adapter rapidement à un climat en évolution rapide. Gravity Field expose la formidable capacité d'adaptation des plantes, même dans des conditions difficiles. Mettant en scène des tournesols cultivés à l’envers qui se plient vers le haut au fur et à mesure de leur croissance pour s’exposer au soleil, Gravity Field met en lumière la puissante résilience de la nature, et fait preuve d’optimiste quant à la capacité des plantes, et de tous les organismes, à s'adapter et à prospérer alors que l'avenir est incertain.



LES HUIT COLLINES

ONOMIAU [Noël Picaper]

Levallois-Perret, France


Conçues comme des structures évolutives, ces huit collines imaginent des spatialités biologiques. Au travers de matériaux inanimés et organiques, elles fabriquent des effets de vie. Chacune fonctionne de manière indépendante. Une fois rassemblées, à la manière d’un puzzle, elles dessinent une cartographie végétale. Un paysage vallonné apparaît alors, capable d’offrir diverses expériences aux humains ainsi qu’aux non-humains — aux oiseaux, en particulier. Servant à la fois d’assise, de micro-jardin, d’espace contemplatif ainsi que de réservoir écologique, cette installation a pour intention de révéler les richesses de l’environnement pour l’humain, tout en permettant d’autres formes d’interaction pour divers êtres vivants. Onirique et support de fonctions, cette œuvre offre également ombrages et verdure.


-


Lieu historique national du Canada et site patrimonial du Québec, les Jardins de Métis constituent un arrêt incontournable pour tous ceux qui visitent la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent. Espace culturel, destination touristique depuis plus de 50 ans, paysage emblématique, les Jardins de Métis offrent aux visiteurs des expériences de connexion à la nature tant apaisantes qu’innovatrices. Situés au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Mitis, ils ont été conçus par l’horticultrice aventurière Elsie Reford de 1926 à 1958, et figurent au palmarès des jardins nord-américains les plus réputés et parmi les 150 grands jardins au monde. Hydro-Québec est partenaire des Jardins de Métis depuis 1999.


 

23E ÉDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DE JARDINS Jusqu'au 2 octobre 2022


200, Route 132

Grand-Métis, Qc

G0J 1Z0

T. 418 775-2222


info@jardinsdemetis.com

FestivalInternationalDeJardins.com

JardinsDeMetis.com


Sur Instagram @jardinsdemetis

Sur Facebook @JardinsdeMetis


139 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout