top of page

ATELIER C | NICHOLAS FRANCOEUR

UN REFUGE, COMME UNE RESPIRATION

LIGNE 06 | ARCHITECTURE | ÉTÉ 2022

Photos | Raphaël Thibodeau

Texte | Lorène Copinet + Dave Richard

 
 

Localisation | Eastman, Qc

Type de projet | Construction neuve

Budget approximatif | $$

Réalisation | 2021

Conception | 6 mois

Travaux | 8 mois

Superficie | 2300 pi2 / 214 m2


À Eastman, en Estrie, Atelier C est le refuge au cœur des bois de deux artistes. Tel un bastion avec ses murs épais comme des fortifications et ses meurtrières pour observer l’environnement, la maison enveloppe et protège tout en s’ouvrant finement sur la nature : une respiration propice à la créativité.



Les clients souhaitant une maison de plain-pied avec une toiture monopente, Nicholas Francoeur, le concepteur du projet, a conçu l’architecture autour de ces lignes directrices tout en intégrant une dimension solaire passive. Ainsi, le toit s’élève dans le ciel en porte à faux afin de bloquer le soleil du sud en été. Nicholas Francoeur avait à cœur l’efficacité énergétique et souhaitait construire intelligemment : « Les techniques de construction avancées que nous avons utilisées ont permis de réduire les déchets et la quantité de matériaux tout en minimisant les ponts thermiques. Pour les hivers québécois, nous avons opté pour des murs en bois d’ingénierie isolés de cellulose à haute densité et d’autres enfibre de bois, ce qui permet d’obtenir des murs dont l’efficacité énergétique est plus de deux fois supérieure à celle exigée par le Code du bâtiment. » Grâce aux techniques et aux matériaux dernier cri utilisés dans le projet, celui-ci se donne toutes les chances de décrocher une certification LEED platine.



Une maison efficace énergétiquement, mais qui n’oublie pas l’esthétique. Pour Nicholas Francoeur, il était important de rendre les bordures de toit attrayantes et élégantes afin que ce détail fonctionnel fasse partie intégrante de l’esthétique du projet. Habillée d’un revêtement de cèdre carbonisé, la maison a la particularité d’avoir ses soffites en cèdre blanchi ainsi que ses plafonds en tremble blanchi. L’hiver, ce contraste est magnifié lorsque la neige recouvre et enveloppe la résidence : l’effet noir et blanc est saisissant. L’été, le caractère foncé de l’enveloppe et la série de hautes fenêtres étroites rappelant une colonnade créent une sensation d’immersion dans les bois environnants.



Elle étant écrivaine et lui, photographe et musicien, la maison devait comporter, en plus des pièces habituelles, des lieux où ils pourraient travailler sur leurs différents projets. Les bureaux d’écriture et de retouche photo ont été orientés au nord afin de profiter de la douceur et de la constance de la lumière. « Quand j’étais à l’école d’architecture, il y avait un endroit dans la bibliothèque avec une fenêtre orientée vers le nord où j’adorais étudier. La façon dont la lumière frappait la page était douce et uniforme, c’était magnifique. Cette lumière est extrêmement inspirante et propice à s’asseoir tranquillement et à travailler », témoigne le designer. Ouverts sur le reste de la maison, ces deux espaces créatifs ont la particularité de ne pas être des bureaux fermés. Séparés entre eux par des murs d’intimité qui favorisent la créativité, ils sont reliés par une circulation qui crée le passage d’un espace à l’autre et permet au couple d’être à la fois ensemble et chacun dans son univers.



Deux autres studios de musique et de fabrication ont été placés dans le deuxième volume où est intégré le garage. Légèrement détachés des espaces de vie principaux, ils offrent quiétude et isolement. Orientés au sud, ils profitent de la lumière vive et crue, dynamisante pour la création musicale.


La toiture monopente signature a beaucoup influencé le projet dans son architecture extérieure comme intérieure. La hauteur changeante des plafonds a permis d’obtenir des volumes très variés à l’intérieur de la résidence, qui ne se déploie pourtant que sur un seul niveau. Les espaces privés ont été placés au nord, où le plafond est à 7 pieds au plus bas, tandis que les espaces communs sont situés au sud, où le plafond est à 15 pieds de hauteur.


 

Le designer a profité de la double hauteur pour inclure une mezzanine de rangement cachée, dotée de petites fenêtres ludiques qui donnent sur l’entrée et le couloir principal. « Nous les appelons en plaisantant les “meurtrières”, terme français utilisé pour désigner les petites fentes dans les murs des châteaux d’où l’on tire des flèches », explique Nicholas Francoeur.



Placée dans la partie de la maison qui a la plus grande hauteur de plafond, la salle de bain, monumentale, bouscule les codes. Avec sa céramique foncée, sa grande fenêtre orientée à l’est et son magnifique bain couleur cuivrée, elle s’impose par son caractère grandiose et dramatique qui rappelle l’architecture extérieure de la résidence. Si cette pièce détonne avec le reste de la maison qui fait preuve de simplicité et de sobriété, son ambiance n’en est pas moins épurée et apaisante, à l’image de la résidence.



-


Entrepreneur | Renovia inc. + Maisons Éléments [charpente]

Ingénierie | Sébastien Loulou

Ébénisterie | Xavier Hackenbeck + À Hauteur d’homme [cuisine]

Revêtement extérieur | Espace Bois [Cèdre brûlé, modèle Crocodile]

Portes + Fenêtres | NZP Fenestration

Foyer | Morsø

Robinetterie | CaBano + Brizo

Comptoirs | Lapitec

Vitrail | Atelier Rodrigue

Ventilation | Zhender

Aménagement paysager | Atelier Friche

Mobilier intérieur | Élément de base

 

+ Chauffage radiant




 

 

L’APAISANT PASSAGE DU TEMPS

 

Nous sommes toujours curieux de savoir à quoi ressemble le quotidien au sein d’une maison d’exception… Les propriétaires de l’Atelier C, Ronny et Caroline, ont accepté de répondre à nos questions.

 

Ligne | Comment avez-vous découvert le site de l’Atelier C et pourquoi avez-vous choisi d’y vivre ?

 

Ronny + Caroline | Nous recherchions un terrain boisé de quelques acres en Estrie. En janvier 2019, nous avons découvert notre terrain boisé de trois acres, avec son petit ruisseau et ses nombreuses essences d’arbres et de champignons comestibles ; situé dans un domaine privé et géré par une association de propriétaires, il nous a tout de suite charmés. Nous adorons le fait d’avoir accès à des kilomètres de sentiers pédestres privés pour notre usage exclusif.


 

Ligne | Pourquoi avez-vous choisi de faire appel à Nicholas Francoeur pour concevoir la maison ?

 

R. + C. | Après avoir sélectionné notre entrepreneur pour la construction, Simon Auger, de Maisons Éléments, nous a mis en contact avec Nicholas Francoeur pour la conception de l’Atelier C. Sa sensibilité artistique, sa créativité et sa façon de concrétiser ou de pousser plus loin nos idées, souvent assez précises, ont permis qu’il imagine pour nous une résidence unique en son genre, qui nous correspond parfaitement. Chaque jour, nous apprécions la luminosité, la chaleur et la beauté de son travail.


 

Ligne | Avez-vous participé à l’élaboration de la maison ?

 

R. + C. | Nous avons participé très étroitement à la création et à la conception de l’Atelier C, collaborant avec Nicholas. Étant nous-mêmes entrepreneurs, nous rêvions d’un concept écologique de maison solaire passive, fait des matériaux sains et durables, où nous pourrions habiter le plus longtemps possible. Nous avions en tête des critères et des dimensions précises, avec lesquels Nicholas a su composer, aussi bien sur le plan esthétique que fonctionnel.

 

Ligne | Y a-t-il un lieu dans la maison que vous affectionnez particulièrement ?

 

R. + C. | L’Atelier C possède deux bureaux situés au nord, bénéficiant d’une lumière unique, où nous pouvons profiter d’un panorama inspirant sans lumière directe et faisant face au petit ruisseau que l’été, fenêtres ouvertes, on entend couler. Ce sont deux pièces formidables. Nous y avons aussi un studio d’enregistrement, situé au sud, et sa lumière est superbe également. Cependant, notre lieu préféré est sans conteste la grande aire ouverte, avec son plafond cathédral regroupant la cuisine, la salle à manger et le salon. Grâce à ses nombreuses fenêtres en hauteur, sa luminosité est unique. En toute saison, nous y avons l’impression de faire partie intégrante de la forêt alentour.



Ligne | Avez-vous l’impression que l’architecture de l’Atelier C influence votre quotidien ?

 

R. + C. | Assurément ! Il existe un confort, une chaleur, une ambiance très particulière et unique à l’Atelier C. Notre maison dégage une quiétude, une sérénité qui nous apaise. Notre famille et nos amis adorent venir nous visiter, y profiter de week-ends de plein air, de partage et de repos.


 

Ligne | Nous présentons votre maison dans ses habits d’été ; comment se passent les autres saisons à l’Atelier C ?

 

R. + C. | Depuis que nous vivons à l’Atelier C, nous avons redécouvert les plaisirs de l’hiver, les couleurs de l’automne et les parfums du printemps. L’Atelier C s’harmonise parfaitement aux changements des saisons, et chacune met en valeur des éléments particuliers de son architecture – le contraste du bois brûlé contre la blancheur de la neige, la majesté de sa géométrie avec celle des arbres, les contrastes entre la neutralité de la maison et la splendeur des feuilles d’automne… L’Atelier C s’intègre organiquement à la forêt, comme si elle en avait toujours fait partie. Les animaux des bois s’y sentent d’ailleurs les bienvenus et la côtoient au quotidien !



 

NICHOLAS FRANCOEUR

T. 438 875-5391



Sur Instagram @nikolas.francoeur


 











767 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page