top of page

RÉSIDENCE DU MONT-ORFORD | ATELIER PIERRE THIBAULT

COMME UNE OMBRE À TRAVERS LES ARBRES

LIGNE 07 | ARCHITECTURE | HIVER 2022

Photos | Maxime Brouillet

Texte | Lorène Copinet

 
 

Localisation | Eastman, Qc

Type de projet | Construction neuve

Budget approximatif | $$

Réalisation | 2020

Conception | 14 mois

Travaux | 12 mois

Superficie | 2 250 pi2 / 209 m2


L’Atelier Pierre Thibault est reconnu pour incarner une architecture sensible, à l’écoute du mode de vie de ses habitants et du paysage qui les entoure. La Résidence du Mont-Orford en est un bon exemple. Pour un couple amoureux de plein air, les architectes ont conçu un lieu de vie en symbiose, été comme hiver, avec l’environnement naturel d’Eastman, dans les Cantons-de-l’Est.


Afin de profiter des nombreuses pistes de ski et de randonnées aux alentours, un des volumes de la résidence a la spécificité d’être consacré au matériel de plein air. Inspiré par le concept du ski in, ski out, cet espace offre un lieu où l’on peut se chausser et se déchausser à l’abri, tout en laissant la neige dehors.


Après l’effort, la détente. Intégré élégamment à la galerie, le spa situé entre l’atelier de ski de fond et la chambre principale est un arrêt suggéré. L’ouverture légèrement décalée

au-dessus du bain permet de garder le contact avec le ciel pendant la relaxation, tout en restant protégé.




« La routine quotidienne des clients a été minutieusement étudiée afin de maximiser l’alternance de la séquence intérieur-extérieur », explique l’Atelier Pierre Thibault. La maison sur un seul étage favorise le tête-à-tête avec le territoire. La pièce moustiquaire et les galeries couvertes agissent comme des zones tampons entre l’intérieur et l’extérieur. Des gestes qui tissent un dialogue constant entre la nature et l’architecture et participent à la magie du lieu.


Inspiré par la typologie des cloîtres, la résidence reprend le concept du jardin intérieur et la forme du quadrilatère adaptée à l’architecture contemporaine. Loin d’être repliée sur

elle-même, la maison en forme de U est totalement accessible sur son côté sud afin de profiter de la vue sur le mont du Pic de l’Ours et d’ouvrir son cœur à un ensoleillement constant, tout en se protégeant des vents dominants. Les architectes ont veillé à créer les conditions idéales à un microclimat propice à réchauffer les hivers québécois.


« Les qualités des cloîtres, à savoir l’ambiance incitant au recueillement et à la contemplation, sont ainsi combinées à la perméabilité et à la fluidité des maisons contemporaines à plan ouvert. »





Les trois ailes de la résidence accueillent trois différentes fonctions. La première, côté ouest, loge les espaces de vie. La douce lumière du nord éclaire le bureau et la chambre des invités, tandis que dans l’aile est, plus privée, se trouve la chambre principale.

Le toit à double versant devient dans la maison un toit cathédral brisant la monotonie du classique quadrilatère. Les plafonds tout de bois vêtus apportent une chaleur et contrastent avec les murs vierges de la maison. À l’image de toiles blanches, les murs laissent le paysage environnant s’exprimer.


La façade intérieure de la maison dessine un U droit, tandis que la façade extérieure joue de retraits et de débordements offrant une richesse de points de vue depuis l’intérieur. Que ce soit à travers la grande fenêtre au-dessus du banc intégré dans la cuisine, par la petite lucarne au-dessus de l’évier, ou depuis le petit coin jardin baigné de lumière zénithale à l’entrée de la chambre principale, chaque pièce, chaque heure de la journée et de l’année, amorce une conversation avec la forêt avoisinante.


Le travail d’alignement des ouvertures et des circulations contribue au caractère apaisant des lieux. L’architecture inspire à la sobriété et à la contemplation.


« Entièrement monochrome, la maison presque noire semble être une ombre s’étant glissée délicatement à travers les arbres, sans les déranger. Camouflée par leur feuillage en été, elle contraste joliment l’hiver venu avec la neige au sol, à la manière des troncs. »




À l’époque des intérieurs cocons, la Résidence du Mont-Orford invite constamment à ouvrir une porte et à mettre un pied dehors. Avec ce doux projet, l’Atelier Pierre Thibault démontre la capacité de l’architecture à faire des ponts quotidiens entre l’humain et la nature.




Équipe de conception | Pierre Thibault + Laurence Gaudette + Charlène Bourgeois Entrepreneur | Construction Pierre Ruel

Ébénisterie | Cuisine Simard Plomberie | Batimat Revêtement extérieur [bois] | Maibec Portes et fenêtres | Shalwin Contemporain [ Aluminium]

Foyer | Stûv Luminaires | EQ3 + Jamais assez

+ Armoires en placage de merisier + Comptoirs de quartz + Céramique blanche 4 × 4 + Planchers de béton poli




 

ATELIER PIERRE THIBAULT

373, rue Saint-Jean

Québec, Qc

G1R 1N8

T. 418 694-1377



Sur Instagram @atelierpierrethibault


Consultez la fiche complète de ATELIER PIERRE THIBAULT

dans notre répertoire.


 











321 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page