top of page

RÉSIDENCE AM+O | GUILLAUME PELLETIER ARCHITECTE

Dernière mise à jour : 22 mai 2022

LA VIE EN (PLUS) GRAND

LIGNE 02 | ARCHITECTURE | ÉTÉ 2020

Photos | Saul Rosales

Texte | Mathieu Jacques Bourgault

 
 

Localisation | Montréal, Qc

Type de projet | Rénovation + Agrandissement

Réalisation | 2018

Bâti d'origine | 1951

Conception | 19 mois

Travaux | 5 mois

Superficie | 650 pi2 / 60 m2 par étage

Budget approximatif | $$


Installer sa famille dans une maison existante en plein coeur de Montréal amène nécessairement son lot de défis; pour ce couple dans la mi-trentaine et ses deux enfants en bas âge, l’espace manquait et il fallait trouver une solution. Leur petite maison de vétéran du quartier historique Cosmos, dans l’arrondissement Saint-Laurent, était trop petite pour leurs besoins. Ils ont donc fait appel à l’architecte Guillaume Pelletier pour qu’il invente ce domicile dont ils rêvaient et leur fasse voir la vie en grand.



« Je n’avais pas d’intérêt particulier pour l’architecture ou le design, au début de nos démarches », raconte Andrée-Madeleine, la propriétaire. « Je croyais, comme pas mal de gens, que l’architecture, c’était construire de beaux bâtiments. Je pensais aussi que le design consistait à « agencer des couleurs et choisir les bons coussins ».



En 2015, lorsque le couple prend la décision d’agrandir la maison pour mieux y cohabiter avec leur fils et leur fille, ils demandent conseil à des voisins qui les réfèrent à un technicien d’expérience. Celui-ci leur dessine des plans semblables à ceux de tous les agrandissements du quartier. Pourtant, pour des raisons de règlementations municipales, le projet ne peut aller de l’avant. « Heureusement », continue la propriétaire.

« Je suis tombée par hasard sur une websérie produite par la Fabrique culturelle, au sujet de l’Atelier Pierre Thibault. Chaque épisode a été pour moi une épiphanie esthétique qui a complètement modifié mes attentes : je ne voulais plus des pieds carrés, je voulais un concept. Je ne voulais plus une rénovation, je voulais de l’architecture. Et de la beauté, surtout. »

De manière spontanée, elle a écrit aux gens de l’Atelier Pierre Thibault qui l’ont référée à des architectes ayant travaillé pour eux dans le passé, dont Guillaume Pelletier, avec qui la famille s'est toute suite sentie en confiance.

« Il a changé notre vie ! Avec le recul, nous comprenons bien l’impact qu’a eu l’implication d’un professionnel dans ce projet. Guillaume nous a guidés face aux innombrables décisions à prendre, il nous a éduqués sur le plan esthétique, nous a accompagnés dans les très longues et très lourdes démarches d’obtention de permis... Il a marqué durablement notre vision de l’architecture -- par ses maquettes impressionnantes, entre autres ! »


Dans ce genre de quartier historique, les travaux d’agrandissement sont rarement de tout repos... La bureaucratie, les règlements municipaux et les standards à respecter peuvent freiner les plus vives ardeurs. Dans le cas de ce quartier, la ligne qui rencontre le mur mitoyen entre les deux propriétés doit obligatoirement faire un angle de 45 degrés. Bien qu’il constituait une contrainte importante, cet angle s’est finalement avéré un élément créatif déterminant dans la volumétrie du projet. L’architecte, inspiré de la Rosemary Residence, un projet torontois de Kohn Shnier Architects, en a fait un atout; la forme particulière du volume ajouté sert maintenant à différencier le neuf de l’existant.


« Pour s’intégrer, un agrandissement doit parfois se camoufler et imiter l’existant, avec le danger de pouvoir le déformer. Dans le cas présent, il était préférable d’établir un contraste clair pour mettre en valeur la maison, marquer les époques de construction et respecter l’existant », explique Guillaume Pelletier. « Comme la règlementation municipale exigeait aussi l’utilisation du même type de revêtement, nous avons fait le choix d’une brique blanche, par opposition à la maison d’origine au parement rouge ».