top of page

ANDRÉE-ANNE MERCIER: CIEL DIGITAL ET BLIND SPOT DU QUOTIDIEN | GALERIE ROBERTSON ARÈS

Dernière mise à jour : 12 août 2023

TES SOUVENIRS ME FONT RÊVER

INTERLIGNE | ART | MARS 2023

Texte | Communiqué + Dave Richard

Images | Galerie Robertson Arès + Dave Richard

 
 

Artiste multidisciplinaire basée à Montréal, Andrée-Anne Mercier présente jusqu’au 1er avril 2023 à la Galerie Robertson Arès « Ciel digital et blind spot du quotidien », une première exposition solo découlant d’une recherche esthétique amorcée dans le cadre d’une résidence de création réalisée au Japon en 2017. Comme une suite de polaroïds rêvés, les œuvres résultant de ce parcours exploratoire évoquent des paysages architecturaux et urbains nippons schématisés, filtrés — émotionnellement, culturellement et historiquement chargés — qui interrogent la relation entre la mémoire, sa représentation et la technologie : l’utilisation d’outils numériques pour immortaliser des lieux et des moments contribue-t-elle à dénaturer nos expériences ou à les célébrer ? Est-ce que la nostalgie trahit la mémoire en la sublimant ?


Dès l’entrée dans la galerie, les blocs de couleurs saturées, multiples et vibrantes, éblouissent; quittant soudainement la grisaille de mars, on se retrouve ailleurs, plongé dans une atmosphère chaude, tropicale et lumineuse, au coeur de quartiers résidentiels harmonieux d’une autre dimension, entre réalisme et expressionnisme ultra-minimal. À partir de là, s’amorce une longue balade contemplative et hypnotique. Au fil des compositions, on découvre, sous des cieux en fondus vifs, des bâtiments qui ont presque été réduits à leurs formes pures ; seuls quelques détails ont été conservés, qui les rendent uniques. On pense aux univers graphiques élémentaires des tous premiers jeux vidéos, encore davantage lorsqu’on tombe sur la vidéo intégrée à la mi-parcours, où des bâtiments trouvent alors une troisième dimension. Adoucissant les angles, de la végétation jaillit partout dans les tableaux. Peints à main levée, ces éléments sont plus organiques, plus fluides.



Les formes de certains panneaux s’accordent aux lignes fortes des paysages qu’ils portent, et leurs bordures sont également peintes de couleurs complémentaires. La mise en contexte de l’exposition, imaginée par l’artiste, est d’ailleurs réjouissante ; des groupes d’oeuvres dialoguent, des éléments 3D ajoutés et des pans de murs peints en décadrent d’autres, rendant l’expérience encore plus immersive. On sort de l’exposition comme on revient d’un beau voyage, chargé d’images persistantes et avec l’envie, déjà, de repartir.



Depuis près de 10 ans maintenant, le travail de Mercier s’est vu présenté dans le cadre de divers événements à saveur artistique, tant au Québec qu’à l’international. Teintées par la culture populaire nippone et rétro, ses œuvres traitent subtilement de la culture de masse à travers les différentes décennies et de la nostalgie que celle-ci peut évoquer. Sa pratique artistique explore divers modes d’expression, voguant entre la peinture, le jeu vidéo, la sculpture, l’installation, la modélisation 3D et l’animation.



 

EXPOSITION

« CIEL DIGITAL ET BLIND SPOT DU QUOTIDIEN »

Jusqu'au 1er avril 2023

À la Galerie Robertson Arès



274 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page